Nahida se tourne vers St Charbel et guérit d’un cancer colorectal avancé.

Après avoir subi 2 interventions, Nahida se tourne vers St Charbel…

Nahida Becharrah Abou Rjeili, native de 1958, est originaire de Deir Khoun et réside à Mousseitbeh. Elle peut être contactée aux numéros : 03 ou 01 (…)

Souffrant de nausées accompagnées de vomissements, elle se rend aux urgences de l’hôpital du Sacré cœur. Le Dr Z. Abou Rjeili la prend en charge et lui fait subir les examens médicaux. Ces derniers révèlent la présence d’un cancer colorectal avancé.

Nahida est alors transférée à l’hôpital Américain où elle est soignée par le Dr A. Shamseddine. Après une intervention chirurgicale difficile elle est mise sous traitement chimio pendant un an et demi (27 séances en tout)) Toutefois les examens effectués après cette période ne sont pas rassurants puisqu’ils révèlent que le foie est touché et qu’il y a donc métastase.

Le Dr M.J. Khalifé tente alors de l’opérer à 2 reprises. Mais les douleurs de Nahida sont de plus en plus aigues et elle accuse une grande fatigue. L’intervention est reportée. Nahida se tourne vers St Charbel qu’elle supplie de lui venir en aide en intercédant auprès du Seigneur afin de la sortir de ce cycle de souffrances insupportables et de la guérir.

Elle subit finalement avec succès l’ablation d’une partie du foie et dans la foulée une biopsie est alors pratiquée. Cet examen est essentiel pour déterminer les suites à donner à l’intervention qu’elle vient de subir. Les résultats recueillis créent la surprise : ils ne montrent aucune trace de cancer existante contrairement aux résultats précédents. Nahida est bien guérie et elle est délivrée de ses maux. Elle peut reprendre petit à petit son rythme de vie.

Rapports médicaux en main elle se rend à Annaya où elle se recueille en guise de reconnaissance et enregistre sa belle guérison le 13 avril 2019. Quand elle en parle aujourd’hui c’est encore avec le souvenir vivant d’une grande souffrance morale et physique et une grande émotion.

Témoignages : miracles et mystères.

[pluginops_form template_id=’9344′ ]

A Nairobi (Kenya), cette année, la petite Alexandra est guérie de sa surdité quelques heures, après la prière de sa mère à St Charbel.

A Nairobi (Kenya), la petite Sky est guérie de sa surdité.

Sky Alexandra Fourour, native de 2016, vit à Nairobi au Kenya . Vous pouvez joindre sa maman Mariella au: +254 73 (numéro disponible).

Quand Sky est née, son père Bob, d’origine américaine, avait déjà perdu la vie à la suite d’un accident de voiture. Elle vit avec sa mère et grand mère Samira. Cette dernière raconte qu’à la suite des premiers examens pédiatriques, leur médecin les dirige vers un spécialiste ORL qui décèle une surdité profonde et préconise le port d’un appareillage auditif approprié.

En attendant la prochaine visite médicale programmée pour Sky, sa maman et sa grand-mère prient St Charbel de leur venir en aide et d’intercéder auprès du Seigneur pour la guérison de leur enfant.

Lorsqu’elles se rendent de nouveau auprès de l’ORL pour la mise en place de l’appareillage, Samira veut en avoir le cœur net. Elle pense que leurs prières ne peuvent pas rester vaines et demande à la spécialiste de renouveler les examens et les tests d’audition. Touchée par tant d’insistance, l’ORL se plie à la volonté des parents et, à sa grande surprise, découvre étrangement que la petite Sky entend correctement et que ses examens ne révèlent pas d’anomalie particulière.

 » Dans mes dix sept ans de carrière je n’ai jamais été témoin d’une chose semblable » s’exclame la spécialiste perplexe et quelque peu embarrassée, ne sachant plus que dire. Et elle ajoute  » avez-vous prié pour sa guérison ? ». Les deux femmes acquiescent et dans un élan de ferveur et de joie se mettent spontanément à genoux en guise de reconnaissance à St Charbel qui a exaucé leurs prières.

Mariella et Samira, accompagnées de la petite Sky, prennent l’avion et se rendent à Annaya au Liban avec les rapports médicaux en main. Elles enregistrent cette belle grâce en date du 19 avril 2019. Elles se recueillent dans la prière et remercient encore St Charbel de son intercession auprès du Seigneur Jésus Christ.

Extraits : miracles et mystères

Ce mois de février, nous vous invitons aussi à participer à cet événement qui se déroule à Lomé.

Vous aimez ce témoignage ? N’hésitez pas à le partager pour que des milliers de personnes dans le monde soient édifiées.

[pluginops_form template_id=’9057′ ]

Mon cahier favori de discernement.

MON CAHIER FAVORI DE DISCERNEMENT
GUIDE PRATIQUE POUR L’ACCOMPAGNEMENT
ET LE DISCERNEMENT DES ESPRITS

Vous êtes un parent, un éducateur, un tuteur, un couple marié ou fiancé (e)! Votre enfant, parent ou conjoint adopte soudainement un comportement étrange ou peu familier; s’isole ou vous rejette parce qu’il étudie une science religieuse, fréquente une communauté de croyants ou un groupe de croyants. La liberté religieuse l’emporte mais vous souhaitez mieux comprendre les raisons de ce changement spontané en vue de l’aider, de lui emboîter les pas ou de lui interdire carrément de telles fréquentations.

Vous êtes une association laïque (à caractère non religieux),

un mouvement charismatique, une église, une communauté nouvelle,

un fondateur ou un formateur !

Longtemps vous avez été préoccupés par la question des dérives sectaires et votre envie majeure est de les éradiquer.

L’une des meilleures solutions pour résoudre ces questions épineuses demeure un dialogue serein et une démarche pacifique. On ne se sauve des conflits et on ne comprend mieux les sujets obscurs qu’en écoutant les parties les unes après les autres, séparément. Ce livre certes pas trop volumineux se veut un outil pour l’accompagnement spirituel. Il ne jette le discrédit sur aucun mouvement et ne condamne personne. C’est une invitation à la paix et au dialogue mutuels. Car c’est en instaurant une paix durable que l’on garantit une liberté religieuse et la pérennité des institutions religieuses, sociales et politiques.

Études de cas : de saines relations entre l’accompagnateur et l’accompagné

« J’ai connu le plaisir des night-clubs, j’ai crié, j’ai chanté, j’ai bu. Certes, je reconnus que les chrétiens avaient quelque chose que je n’avais pas. » – témoignage du docteur Clément AKOBE.


Parler de ce que Dieu a fait dans ma vie !


Il s’agit d’une vie, de toute une vie. Une aventure qui a commencé un jour, une aventure avec Dieu. Il s’agit d’une histoire, d’une histoire d’amour, une histoire avec le Seigneur. Il s’agit aussi d’une expérience, une expérience du divin, une expérience de vie. Il s’agit d’une opération, d’un changement, d’une transformation. 

Le Seigneur Jésus m’a touché en Janvier 1989. Mais avant, j’avais une vie, une autre vie ou ce qui ressemblait à une vie. J’avais grandi dans un quartier d’Abidjan appelé Cocody. J’ai mené très jeune une vie de péché qui pour moi semblait être un paradis. C’était une expérience de mort que je croyais être la vraie vie. Et j’allais jusqu’à m’appeler « viveur » alors qu’en réalité, j’étais mort et enseveli dans une tombe.

I – MA VIE AVANT LA RENCONTRE AVEC LE CHRIST

Tout a commencé pour moi à partir de la classe de 5e. J’avais commencé à boire et à fréquenter les night-clubs depuis l’âge de douze (12 ans). Aujourd’hui, je crois que le Seigneur Jésus-Christ a pleuré en me regardant mener une telle vie. Pour moi, il a dû s’écrier « voilà un jeune homme qui voudrait vivre mais qui n’emprunte pas le bon chemin ».

Lire la suite « « J’ai connu le plaisir des night-clubs, j’ai crié, j’ai chanté, j’ai bu. Certes, je reconnus que les chrétiens avaient quelque chose que je n’avais pas. » – témoignage du docteur Clément AKOBE. »

Le Père Séverin GAKPE écrit: « la miséricorde de Dieu n’est pas une récompense. »

Nous pourrions relever, entre bien d’autres, les deux points suivants :
– La miséricorde divine n’est pas une récompense ;
– La miséricorde divine n’est pas un droit.

Et, d’abord, le premier point 

1/ La miséricorde divine n’est pas une récompense

En effet, la parabole, dite des ouvriers de la dernière heure (cf. l’évangile du jour), nous révèle que la miséricorde divine est expression d’une générosité immense qui n’a d’autres limites que celles de l’amour sans limité de Dieu. Dieu ne nous paie pas à la mesure de notre fidélité, de notre engagement, de notre travail. Le Seigneur donne sans mesure, tout simplement, c’est-à-dire en surabondance, parce qu’il a le droit de faire ce qu’il veut de ses biens (cf. évangile).

Au lieu de nous limiter par un contrat avec Dieu, nous gagnerons à nous laisser combler par lui. Nul ne peut faire raisonnablement un contrat avec sa mère… Et Dieu  nous dit qu’il nous aime avec les entrailles d’une mère qui ne peut abandonner son enfant (cf. Is 49, 15).

https://natachagbandi.wordpress.com

2/ La miséricorde divine n’est pas un droit

Autant la miséricorde de Dieu n’est pas une récompense ou un salaire, autant n’est-elle pas un droit. Nous ne pouvons pas invoquer cette disposition généreuse et aimante qu’est la miséricorde de Dieu pour continuer à vivre, je dirais, « n’importe comment ». Le méchant est appelé à quitter son chemin (mauvais), et le perfide est sommé d’abandonner ses pensées (perfides). C’est bien ce que nous enseigne la première lecture de ce jour.

Lire la suite « Le Père Séverin GAKPE écrit: « la miséricorde de Dieu n’est pas une récompense. » »

« La mort de la jeunesse estudiantine est entre ses cuisses », écrit Aïcha Gbandi pour la Maison TV5 Monde – Maison des Jeunes.

Enquête : les relations amoureuses en milieu scolaire.


Extrait

Derrière les quatre murs de nos écoles aujourd’hui, le mot « sexe » résonne. La sexualité est alors considérée comme le « phare », le prétendu phare des élèves.

Ainsi, les jeunes filles surtout exhibent leur féminité auprès des jeunes garçons nés de familles aisées. C’est là le hic ! Parfois ou souvent, le jeune garçon est obligé de vider ses poches au profit de « sa copine », ce mot faisant si mal « co-épines »; c’est-à-dire la source des épines (…)


Ma mère musulmane voit dans son rêve la Sainte Vierge et St Charbel lui tend. Elle guérit par miracles d’un cancer.

Un cheikh se rend à Annaya

pour remercier St Charbel d’avoir guéri sa maman.

Une guérison miraculeuse qui dépasse les frontières communautaires au Liban. St Charbel, désormais connu dans le monde entier, est intervenu dernièrement en apportant la guérison à la maman d’un cheikh de confession musulmane qui souffrait d’un «  » mass cancer » ».

Une excroissance, bénigne d’abord puis maligne par la suite, de presque quinze kilos au niveau du ventre, lui a été retirée après une intervention chirurgicale délicate (voir la vidéo ci-joint).

Lire la suite « Ma mère musulmane voit dans son rêve la Sainte Vierge et St Charbel lui tend. Elle guérit par miracles d’un cancer. »

Pour Mgr Célestin-Marie Bawilima Gaoua, l’appel de l’Esprit Saint s’adresse aux jeunes…

cq5dam.thumbnail.cropped.750.422
Mgr Célestin-Marie Bawilima Gaoua, évêque de Sokodé/Togo (Photo: JP Bodjoko, SJ/Vaticannews)

« Les jeunes togolais ne sont pas comme les autres jeunes, mais ils ont la nature de toute jeunesse. Ils bougent beaucoup, ils demandent à grandir. Ils ont leurs peines, leurs joies. Nous les aimons bien, l’Eglise les aime. C’est une jeunesse qui a provoqué l’Eglise, et qui lui a demandé de s’occuper d’elle, beaucoup plus qu’elle ne le fait », a affirmé Mgr Gaoua.

Pour l’évêque du diocèse de Sokodé, c’est un appel de l’Esprit Saint qui s’adresse à l’Eglise à travers les jeunes. « Au Concile Vatican II, l’Eglise avait affirmé que la jeunesse était l’espérance du monde, de la société, et de l’Eglise. La société de demain dépendra de comment nous nous occupons des jeunes aujourd’hui. Ils sont la richesse de l’Eglise, de nos pays, et du monde entier. Nous devons nous en occuper », a ajouté Mgr Gaoua.


Sources Vatican News, lire la suite ici

https://www.vaticannews.va/fr/afrique/news/2018-10/synode-pour-mgr-celestin-marie-bawilima-gaoua-les-jeunes-sont.html